Rédacteur web débutant : quels sont les pièges à éviter ?

Vous avez fait le choix de devenir rédacteur web. Après une solide formation, vous voilà prêt à vous lancer sur le marché de la rédaction web. Avez-vous toutes les cartes en main et avez-vous anticipé les premières actions que vous allez mener ? 

Comment se lancer en rédaction web ? 

Le métier du rédacteur web est un métier exigeant. Il est bien loin de l’idée que certains peuvent s’en faire, c’est-à-dire, écrire des textes pour le web sans prendre en considération les besoins en référencement naturel, les mots-clés, la structure du texte, le champ sémantique et le ton du site du client auquel le rédacteur va devoir s’adapter. 

Avant de vous lancer, avez-vous suffisamment rédigé et vous êtes-vous prêt à présenter des textes en exemple ? C’est ici la première chose qu’un potentiel client va exiger : des exemples de textes, de préférence dans sa thématique. Inutile de lui faire parvenir des textes n’ayant aucun rapport avec sa thématique, il ne pourra se rendre compte de votre capacité à rédiger pour ses besoins propres. 

Suivez donc les étapes suivantes : 

  1. Votre formation terminée, poursuivez la rédaction. Lancez un blog, écrivez pour des sites amis, en un mot, créez votre portfolio. Ne négligez pas les thèmes différents pour élargir au maximum votre champ de rédaction. 
  2. Si vous êtes spécialisé, étudiez le marché, regardez les contenus déjà rédigés, apprenez à vous démarquer
  3. Une fois vos textes rédigés, intégrez-les dans un portfolio qui comprendra également votre CV et votre façon de travailler : les outils que vous utilisez (correcteur orthographique, générateur de mots-clés, etc.). Mettez-vous en valeur sans écraser. 
  4. Regardez les demandes de missions sur les réseaux sociaux. Rejoignez des groupes, soyez actifs ! Rien de plus agaçant pour une communauté qu’un membre qui ne fait que prendre et qui ne donne jamais. Répondez aux missions avec un petit mot de présentation auquel vous joindrez votre portfolio. 
  5. Inscrivez-vous sur des plateformes d’annonces de missions du numérique. De nombreuses offres d’emploi sont déposées chaque jour. Si vous êtes rédacteur web freelance débutant, ne répondez pas à celles proposant un CDI à temps plein. Vous ferez perdre du temps à l’entreprise en recherche de son rédacteur et vous perdrez également le vôtre. 
  6. Démarchez des agences de communication digitale locales : certaines agences aiment travailler régulièrement avec des rédacteurs locaux. Prenez le temps de vous présenter.
  7. Ne dites pas que vous êtes débutant. Vos textes sont là pour prouver vos compétences. Peu importe que ces textes aient été rédigés pour votre blog personnel ou durant votre formation de rédacteur, ils sont de vous et doivent vous mettre en valeur. 

Plus vous prendrez l’habitude de contacter des clients potentiels et de répondre à des annonces et plus vous serez à l’aise ! 

Dois-je commencer mon activité de rédacteur web sur les plateformes de rédaction ? 

Chaque rédacteur en devenir connaît les plateformes de rédaction mettant en relation un client avec un freelance. Ces missions ne sont jamais payées à leur juste valeur, sachez-le ! Le piège à éviter est donc le suivant : écrivez pour ces plateformes si vous désirez créer votre portfolio, mais n’en faites jamais une fin en soi. 

Votre but est de devenir un véritable chef d’entreprise spécialisé dans la rédaction, à même de démarcher ses clients et de trouver des missions payées au juste prix. 

Quel statut choisir lorsque l’on débute en rédaction web ? 

Voilà la question la plus personnelle. Si vous avez déjà une activité annexe ou connexe et que la rédaction vient se greffer à votre autre job, demandez simplement un élargissement d’activité à l’URSSAF si vous êtes autoentrepreneur. 

Pensez également à déclarer cette nouvelle activité à votre assureur RC pour une extension de garantie. 

Si vous êtes un rédacteur débutant, le statut le plus adapté est généralement celui de l’autoentrepreneur. Si les charges sociales sont faibles et que vous pouvez bénéficier d’aides de l’État, sachez que ce statut a été créé, au départ, pour permettre à des personnes retraitées d’avoir un complément de revenu. Il ne vous permet donc pas de cotiser au même taux de retraite qu’un salarié et ne vous donne pas de congés payés ni de couverture perte d’emploi en cas de cessation de votre activité. 

Sachez également que vos droits précédents au Pôle Emploi sont perdus au bout de 3 ans. Si vous deviez arrêter votre activité après ces 3 ans vous n’auriez alors plus aucun droit. 

Je recommande donc ce statut pour vous lancer. Dès que votre situation sera stabilisée, renseignez-vous sur les autres statuts possibles qui augmenteront vos charges sociales, mais vous permettront d’avoir d’autres avantages. 

Si votre conjoint travaille à temps plein et gagne suffisamment sa vie pour nourrir convenablement le foyer, le statut de l’autoentreprise peut être alors conservé dans la mesure où vous pouvez bénéficier des avantages de la retraite de votre conjoint, voire de la pension de réversion de votre conjoint (à hauteur de 54 % du montant de sa retraite).

En apprendre plus sur Ariane Floralie

Laisser un commentaire

Previous

Comment éviter le burn-out ?